Projet Europa - Condominiums et Maisons de Ville à Montréal

Projet Europa - Condominiums et Maisons de Ville à Montréal

NOUVELLES

ACQ CONSTRUIRE – Projet Penny Lane dans le vieux Montréal

Par Association de la construction du Québec Le projet à usage mixte comprend 15 424 pieds carrés (1 432,9 mètres carrés) d’espaces commerciaux, 34 820 pieds carrés (3234,8 mètres carrés) réservés pour la location et 7 176 pieds carrés (666,6 mètres carrés) qui seront vendus en copropriétés. Ces dernières ont chacune de magnifiques terrasses avec vue sur le Vieux-Montréal. Une nouvelle structure d’acier sera ajoutée aux étages supérieurs de la structure originale centenaire de maçonnerie et de bois. La façade de la rue Notre-Dame, ayant brûlé dans les années 1930, sera reconstruire en pierre Saint-Marc selon les dessins originaux. Des chapes de béton en structure indépendante seront coulées pour augmenter l’isolation acoustique. Les planchers des appartements seront finis à l’époxy miroir donnant un effet d’espace et permettant d’utiliser la masse thermique du béton. L’immeuble sera isolé à l’uréthane. Par souci d’économie d’énergie, tout l’éclairage de l’immeuble est contrôlé et au DEL. De plus, deux chauffe-eau au gaz centralisés au sous-sol fourniront l’eau chaude aux résidents de l’immeuble. Les quatre façades vitrées de l’immeuble sont sur la rue Saint-Jacques, deux dans la cour intérieure, et une sur la rue Notre-Dame. Une passerelle entièrement vitrée traversera la cour, liant les deux corps du bâtiment et les corridors d’accès de toutes les unités d’un même étage. Les appartements proposés sont de superficies variant de 500 à 1400 pieds carrés (46,4 à 130 mètres carrés) d’une chambre + bureau en alcôve jusqu’à trois chambres. Aux niveaux 6 et 7, tous les appartements ont une terrasse privée de plain-pied au séjour, bénéficiant de la très forte présence du Vieux-Montréal comme environnement immédiat. Les unités peuvent faire l’objet de combinaisons ou conversions au stade initial de mise en vente. En plus des terrasses privées, il y aura une terrasse commune sur le toit divisée en aires intimes distinctes. L’offre de stationnement de cet immeuble patrimonial se fait par le biais de baux avec les voisins corporatifs immédiats, soit le Centre de Commerce Mondial, dont l’accès est juste en face, en droite ligne sur la rue Saint-Jacques, l’immeuble de la Banque TD, dont l’accès est mitoyen sur les rues ou Saint-Jacques ou Notre-Dame, et quelques autres à proximité. Pour rappeler l’utilisation sociale des sous noirs, des insertions de surfaces finies en sous noirs cuivrés orneront les aires communes de l’immeuble. Pour appuyer son identité de PENNY LANE par EUROPA et rappeler l’utilisation sociale des sous noirs, eux qui ont longtemps représenté une valeur propre en d’autres temps, d’autres mœurs, et aussi pour en commémorer le retrait de la circulation en cette année de mise en œuvre de PENNY LANE par EUROPA, des insertions de surfaces finies en sous noirs cuivrés orneront les aires communes de l’immeuble. Les teintes de noir, cuivre, blanc et gris des pierres, rouge brûlé des briques, pruche des poutres et érable clair des planchers intérieurs se voudront d’un effet discret tout en étant d’un style affirmé, appuyé et bien présent. Reprenant les sources architecturales originales, la proposition esthétique joindra à celles-ci modernisme, minimalisme, sobriété et concision. Chaque élément de design sera réfléchi en son sens pratique et spatial, tout autant qu’esthétique et ambiant. La localisation du PENNY LANE par EUROPA est optimale. Elle offre, entre autres : Tous les services bien représentés dans le quartier immédiat : alimentation et boissons, fleuristes, coiffeurs, modes féminine et masculine, services d’appoint, financiers et professionnels, gyms et spas. Une multitude de restaurants tous plus branchés les uns que les autres, pour tous les palais et toutes les bourses. Les bars et cafés animés et achalandés. L’accès immédiat au réseau piétonnier souterrain le plus étendu au monde. Le réseau de métro par la station Square-Victoria véritablement à la porte. Le centre-ville financier débutant avec la Tour de la Bourse aussi à la porte. L’accès à quelques coins de rue aux bretelles des autoroutes Ville-Marie et Bonaventure. La piste cyclable principale du réseau métropolitain, longeant le canal de Lachine, à une minute de vélo. Offre unique dans le quartier, une boutique alimentaire complète et très personnalisée proposera tous les produits alimentaires de base les plus recherchés ainsi que les plus fins. Les résidents du PENNY LANE n’auront qu’à descendre au rez-de-chaussée pour régler toutes leurs courses. Le MARCHÉ PENNY LANE inclura : boulangerie, charcuterie, fromagerie, fruiterie, épicerie générale (jus, lait, œufs , etc.), plats cuisinés de plusieurs sources et fournisseurs, soupes, pâtes et sauces, viandes et poissons sous vide, pâtisseries, desserts et gelateria, cafés et thés, bières et vins. Également sur place : comptoirs cafés et soupes, pizzas et sandwichs, pâtes et mets légers, bières et vins. Le tout sur un mode net, rapide et simple, avec une seule facture pour toute variété d’achats. Source:http://www.acqconstruire.com/habitation/1173-projet-penny-lane-dans-le-vieux-montreal.html


La Presse – Patrimoine: autres temps, autres vocations

Par Danielle Bonneau Avec leurs hauts plafonds, leurs murs de brique et leur façade souvent très travaillée, les immeubles anciens ont la cote. En plus ou moins bon état, plusieurs sont remis à neuf et transformés en logements par des entrepreneurs qui n'ont pas froid aux yeux. Les édifices perdurent et les quartiers ne s'en portent que mieux. Certains promoteurs à l'oeil aiguisé recherchent activement des propriétés construites à une autre époque, abandonnées ou sous-utilisées, pour leur donner une seconde vie. Ils carburent à ce genre de défi, qui leur permet de se distinguer. DevMcGill: des façades magnifiques DevMcGill figure parmi les promoteurs qui ont fait de la transformation de bâtiments patrimoniaux une spécialité. Le Caverhill et le 100 McGill, dans le Vieux-Montréal, ainsi que le Couvent Outremont, sur un flanc du mont Royal, sont trois des reconversions en copropriété réalisées par l'entreprise. Avec différents partenaires, elle poursuit dans la même veine en réalisant à la fois le Castelnau, à côté du parc Jarry, et le St-Dominique, dans le Quartier des spectacles. Alors que le premier met en valeur l'ancienne Institution des sourds-muets, construite entre 1916 et 1921 par les Clercs de Saint-Viateur, le second entraîne la rénovation et la restauration de l'ancienne brasserie Ekers, construite en 1894 et classée bâtiment à valeur patrimoniale exceptionnelle. «Ces projets sont intéressants, car ils sont uniques, souligne Stéphane Côté, président de DevMcGill. Il faut adapter l'intérieur de la coquille à un nouvel usage, avec toutes les contraintes que cela entraîne.» «Les façades, par ailleurs, sont magnifiques. Celle du Castelnau, par exemple, est très imposante. Les vieilles pierres sculptées rappellent l'Europe. Ce cachet bien particulier rejoint une certaine clientèle. Nous aménageons d'ailleurs le centre sportif dans le sous-sol de l'immeuble patrimonial pour que les copropriétaires des trois édifices construits autour y aient aussi accès.» Projets Europa: les plus beaux terrains Projets Europa, qui a entièrement rénové plusieurs immeubles dans le Vieux-Montréal, achèvera au début de 2014 la reconversion en copropriété du Lancashire, construit avec moult détails en 1899, rue Saint-Jacques, pour la compagnie d'assurances London and Lancashire. Puis, vers avril prochain, l'entreprise s'attellera à la transformation de l'ancien hôtel Ottawa, établissement hôtelier de première classe bâti quelques rues plus loin dans les années 1860, près de la rue McGill. Comptant 59 condos, ainsi qu'un restaurant et un marché avec boulangerie, charcuterie et fruiterie au rez-de-chaussée, celui-ci deviendra alors le Penny Lane. Projets Europa a aussi acquis le marché Saint-Jacques, rue Ontario. Non seulement 14 maisons en rangée réparties sur 3 étages et 20 condos seront-ils aménagés au-dessus du marché, mais la firme veille à la relance de l'activité commerciale au rez-de-chaussée. Pourquoi se donner tant de mal? «Les emplacements stratégiques avec les plus belles vues ont été choisis quand il y avait beaucoup de terrains disponibles», explique Jean-Pierre Houle, président de Projets Europa. Autre avantage: les façades, souvent très travaillées, sont d'une qualité qui ne pourrait pas être reproduite aujourd'hui. «Les bâtiments ont été réalisés avec les moyens de l'époque, alors que les taux horaires et la disponibilité des ouvriers n'étaient pas les mêmes», précise-t-il. Pur Immobilia: sauter sur l'occasion Rue Saint-Jacques, près de la place d'Armes, la structure d'une ancienne banque surmontée d'étages de béton était abandonnée depuis plus de 20 ans quand Pur Immobilia et trois autres partenaires en ont fait l'acquisition. Pure folie? «C'était une belle occasion à cause de l'emplacement, explique Philippe Bernard, président de l'entreprise. Il y avait un squelette de béton de 16 étages avec des droits acquis et des vues. Puisque le bâtiment avait été à l'abandon si longtemps, nous avons eu l'appui de l'arrondissement de Ville-Marie, et les tractations avec le ministère de la Culture se sont bien déroulées. «C'est sûr que la construction a été plus compliquée qu'on le pensait, poursuit-il. Mais le Bank, qui commencera à être habité en mars prochain, rayonnera. L'immeuble original a été bâti en 1905 et on comprend très bien que la nouvelle construction date de 2013. C'est quelque chose qu'on ne voit pas beaucoup dans le Vieux-Montréal!» Pur Immobilia et un autre partenaire se préparent à relever un défi encore plus grand: la mise en valeur de l'ancienne gare Viger, dans l'est du Vieux-Montréal. «C'est un des immeubles les plus emblématiques de Montréal, dit Philippe Bernard. En raison du bâtiment existant et de l'ampleur du projet, nous allons contribuer à revitaliser le quartier. Cela deviendra la charnière manquante entre le Vieux-Montréal, le centre-ville et l'est de Montréal, avec un pôle commercial axé sur les services de proximité et des bureaux. Un volet résidentiel locatif s'ajoutera plus tard.» Source: http://maison.lapresse.ca/architecture/201311/25/01-4714411-patrimoine-autres-temps-autres-vocations.php


Voir Montréal – Le Vieux-Montréal, un nouveau paradis pour les projets immobiliers

Par Sophie Ginoux On parle souvent du développement effréné du secteur de Griffintown, mais on s’arrête moins à celui que vit actuellement le Vieux-Montréal. Voici deux exemples intéressants de cette effervescence immobilière. Du neuf avec du vieux Le Vieux-Montréal, avec ses rues pavées et ses édifices de pierre de taille, ressemble à une image de carte postale suspendue dans le temps. Enfin, c’est ce que l’on pensait encore récemment, puisque ce quartier vit un vrai boom immobilier en ce moment, avec des visions très diverses. Certains entrepreneurs ont pour leur part décidé de conjuguer les structures existantes, souvent prestigieuses, avec tout le confort moderne. C’est le cas du projet Penny Lane par Europa (angle des rues Saint-Jacques et McGill, projeteuropa.com), qui a pris possession des murs de l’ancien Hôtel Ottawa, un immeuble de type industriel anglais des années 1860. Tout en respectant cet héritage historique, que l’on retrouve aussi à l’intérieur sous forme de touches – murs de brique et de pierre conservés, surfaces en sous noirs cuivrés en hommage au Penny – le Penny Lane se veut contemporain, urbain et tout confort. Avec des logements de 500 à 1400 pieds carrés donnant sur les rues ou, si l’on veut fuir le bruit urbain, une cour intérieure pourvue d’une fontaine, ce projet devrait attirer une clientèle active cherchant un home sweet home de caractère en plein cœur du Vieux-Montréal, à deux pas du métro, des autoroutes et de la ville souterraine.   Bord de l’eau Si l’on souhaite vivre dans le Vieux-Montréal en profitant de son attrait central, à savoir son positionnement au bord du fleuve Saint-Laurent, le projet Le Solano (en bordure du Quai de l’Horloge, lesolano.com) est tout indiqué. Constitué de deux îlots distincts de quatre immeubles neufs, il a déjà attiré de nombreux résidents au cours de ses cinq premières phases de construction et a plusieurs points forts à son actif: une situation idéale le long du Quai de l’Horloge qui accueille chaque été la plage urbaine; des vues imprenables à 360 degrés sur le fleuve et la ville; des plafonds de neuf pieds et une fenestration abondante pour un maximum de luminosité; un design contemporain très soigné – meubles signés par exemple par Mies van der Rohe dans le lobby; des espaces communs raffinés et pratiques, comprenant piscine extérieure et intérieure, salle de gym, cour intérieure, sauna, etc. Néanmoins, l’aspect peut-être le plus séduisant de ce développement réside dans sa flexibilité. En effet, rares sont les projets qui permettent aux acheteurs de choisir autre chose que la couleur de leurs armoires de cuisine ou de leur plancher. Ici, non seulement les matériaux au choix sont haut de gamme, mais les futurs résidents peuvent aussi décider d’avoir une cuisine ouverte ou fermée, de configurer leur appartement autrement que sur les plans proposés, de combiner plusieurs logements sur un même niveau ou de carrément transformer un appartement sur un étage en un condo sur deux. Une idée que l’on aimerait voir reprise ailleurs. Source: http://voir.ca/voir-la-vie/habitat/2013/10/17/le-vieux-montreal-un-nouveau-paradis-pour-les-projets-immobiliers/


Métro – Le projet Penny Lane, plus qu’une chanson

Par Geneviève Vézina-Montplaisir Un projet immobilier d’inspiration british verra le jour dans l’ancien Hôtel Ottawa du Vieux-Montréal. Penny Lane n’est pas seulement le nom de la célèbre chanson des Beatles; c’est aussi celui d’un nouveau projet immobilier dans le Vieux-Montréal. Inspiré par l’architecture anglo-saxonne de l’ancien Hôtel Ottawa, qu’il a acheté afin de le transformer en 59 unités d’habitation, le promoteur Projets Europa a choisi de baptiser sa dernière réalisation en l’honneur du célèbre quartier de Liverpool. Et le clin d’œil ne s’arrête pas là… «Penny Lane fait également référence à la fontaine du même nom qui sera aménagée dans la cour intérieure, et qui séparera les deux bâtiments du projet. Les résidants pourront y jeter un sou noir en faisant un vœu! raconte Jean-Pierre Houle, président des Projets Europa. On soulignera également le thème en installant des plaques de milliers de sous noirs cuivrées dans le hall du rez-de-chaussée.» La teinte cuivrée a ainsi inspiré le designer du projet, Carlo Martin, qui a travaillé en étroite collaboration avec l’architecte Christian Thiffault. Mariée à des nuances de noir et de blanc, cette teinte est omniprésente dans les espaces communs, que le designer a voulus harmonieux. «Pour imaginer le décor des unités, je me suis inspiré du mouvement minimaliste, né en Angleterre. J’ai opté pour des fenêtres noires qui viennent encadrer l’espace, des cuisines blanches, des planchers en érable clair et des salles de bain en pierres gris foncé. Le tout aménagé avec des lignes très pures», explique Carlo Martin. Toutes les unités du projet Penny Lane seront donc livrées dans une formule fixe, un canevas de base que les résidants pourront ensuite personnaliser à leur guise. «Avec le temps, on s’est rendu compte que les gens avaient de la difficulté à visualiser les finis quand ils achetaient sur plan. En optant pour une base neutre, qu’ils peuvent voir dans le bureau des ventes, ils savent exactement à quoi s’attendre», souligne le designer. Le projet Penny Lane comptera six étages et des unités de une, deux et trois chambres. Les condos des deux derniers étages posséderont une terrasse privée de plain-pied avec vue sur le Vieux-Montréal. La livraison des premières unités est prévue en 2015. Commerces de proximité Afin de bonifier l’expérience de ses futurs résidants, le projet Penny Lane offrira dans ses espaces commerciaux au rez-de-chaussée un marché et un restaurant. Du côté de la rue Saint-Jacques, on trouvera un marché d’alimentation. Inspiré du supermarché gourmet Eataly, qu’on trouve notamment à New York, le Marché Penny Lane comprendra une boulangerie, une charcuterie, une fromagerie, une fruiterie, une épicerie générale, un comptoir de plats cuisinés, une pâtisserie et une gelateria. Il sera également possible de prendre une bouchée sur place. Le Monarque, situé du côté de la rue Notre-Dame sera pour sa part le nouveau terrain de jeu des chefs Jérémie et Richard Bastien, bien connus pour leurs autres restaurants : le Leméac, le Mitoyen et Le café des beaux-arts. Le restaurant Le Monarque offrira une cuisine du marché, d’inspiration française, avec des influences japonaises et italiennes, et proposera une ambiance bistro. C’est situé où? Sur les rues Notre-Dame Ouest et Saint-Jacques, près de la rue McGill Près de tous les restaurants et services du Vieux-Montréal À proximité de la station de métro Square-Victoria À quelques minutes de marche du quartier financier et du réseau piétonnier souterrain Les prix <ulstyle="font-size: 15px; text-align: jusfify;"> De 250 000 à 800 000 $ pour des unités de 500 à 1 400 p2. Il n’y aura pas de stationnement intérieur au Penny Lane, mais les résidants auront la possibilité de louer une place dans les stationnements voisins. Source: http://journalmetro.com/plus/immobilier/378112/le-projet-penny-lane-plus-quune-chanson/


Metro – Feu vert aux travaux au marché Saint-Jacques

Par Rédaction Métro Le marché Saint-Jacques sera finalement transformé afin d’offrir un étage supplémentaire, à vocation résidentielle. Le conseil d’arrondissement de Ville-Marie a adopté, en troisième lecture, le projet, qui prévoit notamment l’aménagement de 23 logements et un espace réservé pour une micro-brasserie. L’investissement annoncé se chiffre à 8,2 M$. Source: http://journalmetro.com/actualites/montreal/371646/feu-vert-aux-travaux-au-marche-saint-jacques/#/


La Presse – Habiter au-dessus d’un marché

Par Danielle Bonneau 18 condos seront construits au-dessus du marché, ainsi que 14 maisons en rangée réparties sur trois niveaux (un rez-de-chaussée, une mezzanine et une vaste pièce ouverte sur une terrasse privée, sur le toit). La revitalisation du marché Saint-Jacques devrait donner un nouveau souffle à la rue Ontario. Celle-ci est d'ailleurs dans la ligne de mire de l'arrondissement de Ville-Marie, qui a entrepris des travaux pour lui redonner son dynamisme. Nom du projet: Art de vivre au marché Saint-Jacques Où: à l'intersection des rues Amherst et Ontario, au sud du parc La Fontaine. Aperçu: 18 condos seront construits au-dessus du marché, ainsi que 14 maisons en rangée réparties sur trois niveaux (un rez-de-chaussée, une mezzanine et une vaste pièce ouverte sur une terrasse privée, sur le toit). Un étage sera donc ajouté, en retrait. Description: agrandi et réaménagé plusieurs fois depuis 1872, le marché Saint-Jacques a pris la forme que nous lui connaissons en 1931. Lorsque Projets Europa a fait l'acquisition de l'immeuble d'inspiration Art Déco, en 2012, l'activité commerciale était au ralenti. Le promoteur s'active depuis à redonner au lieu sa vocation de marché public. L'établissement a rouvert ses portes en mars avec une offre renouvelée, appelée à s'améliorer. La revitalisation du marché Saint-Jacques devrait donner un nouveau souffle à la rue Ontario. Celle-ci est d'ailleurs dans la ligne de mire de l'arrondissement de Ville-Marie, qui a entrepris des travaux pour lui redonner son dynamisme. L'immeuble, par ailleurs, a l'avantage d'avoir été fort bien rénové par le propriétaire précédent, qui a obtenu la certification écologique LEED. Les travaux se poursuivront dans la même veine, assure Jean-Pierre Houle, président de Projets Europa, qui a fait appel à l'architecte Christian Thiffault. Pour qui? Des familles, des couples et des professionnels, qui apprécient la proximité du centre-ville et un milieu de vie dynamique. Combien (taxes en sus): Condos: à compter de 229 000$ principalement, studio ou une chambre, 620 pi2. Maisons en rangée: à partir de 479 000$, deux ou trois chambres (au choix), 1350 pi2. Les charges mensuelles de copropriété devraient s'élever à 20 cents le pi2. Les 17 places dans le stationnement souterrain coûtent 35 000$ chacune (taxes en sus). Dans le voisinage: les nombreuses boutiques spécialisées en alimentation et les marchands de fleurs, de fruits et légumes du marché Saint-Jacques (juste en bas), une station de véhicules Communauto, le parc La Fontaine, une piste cyclable, des stations BIXI et le Village gai. Les stations de métro Sherbrooke (ligne orange) et Beaudry (ligne verte) sont les plus proches. Construction: elle devrait débuter en octobre et se terminer en mai 2014. Un plus: les copropriétaires pourront vivre à l'européenne en achetant au fur et à mesure les produits frais qu'ils désirent. Un moins: le quartier, situé entre le Plateau et le centre-ville, n'est pas encore aussi attrayant qu'eux. Source: maison.lapresse.ca/habitation/immobilier/201306/26/01-4665094-habiter-au-dessus-dun-marche.php


CASA – Penny Lane par Europa: 59 unités de condos

Par Jean-François Major Le promoteur Projets Europa a annoncé le lancement d’un nouveau projet immobilier de 59 unités dans l’ancien Hôtel Ottawa du Vieux-Montréal. Situé au coin des rues Saint-Jacques et McGill, le projet Penny Lane par EUROPA promet des espaces de vie actifs faisant honneur au patrimoine architectural montréalais. « À travers Penny Lane par EUROPA, nous souhaitons créer une véritable oasis urbaine », explique Jean-Pierre Houle, président des Projets Europa. « Notre projet offrira aux occupants, à une seule et même adresse, une variété de services et d’expériences : des unités d’habitation contemporaines dans un édifice ayant marqué l’histoire de Montréal, une cour intérieure avec fontaine, une boutique alimentaire complète et personnalisée, en plus d’un nouveau restaurant convivial de style bistro, dirigé par une équipe créative et d’expérience. Tout ceci sera offert en plein cœur du Vieux-Montréal, à quelques pas du centre-ville. Les gens qui choisiront le Penny Lane par EUROPA vivront une expérience résolument urbaine. » Le nom du projet, Penny Lane, se veut un clin d’œil au style architectural typiquement britannique du bâtiment original, d’inspiration Glasgow et Liverpool. En plus de restaurer les murs de briques, les pierres et les fenêtres originales, la construction prévoit l’insertion de plaques de milliers de sous noirs cuivrés. Enfin, une fontaine porte-bonheur sera aménagée dans la cour intérieure, offrant une oasis des bruits de la ville. Le rez-de-chaussée du projet sera occupé par des commerçants, offrant aux résidents de l’endroit un accès privilégié à une boulangerie, une charcuterie, une fromagerie, une fruiterie, une épicerie générale, une pâtisserie et de nombreux autres marchands. Enfin, du côté de la rue Notre-Dame, le restaurant d’inspiration française Le Monarque ouvrira ses portes, offrant une cuisine du marché dans un espace de type bistro. Au total, les deux édifices de six étages représentent un investissement de 18 M$. La superficie des unités variera entre 500 et 1 400 pi2, comptant 1 à 3 chambres et un prix de départ de 250 000 $. Source : CASA


La Presse – Vie de quartier dans le Vieux-Montréal

Par Danielle BONNEAU En face du square Victoria, la construction de la tour Aimia/Altoria attire l’attention. Or juste à côté, rue de la Gauchetière, se bâtit plus discrètement le U, un immeuble locatif aux appartements minimalistes à l’extrême. Avec leur plancher et leur plafond de béton, ils seront de style «chic radical», explique le promoteur, Federico Bizotto. Il n’y aura rien de superflu dans les espaces ultra épurés: aucun cadre de porte ne sera posé et les plinthes seront encastrées au bas des murs. Dans la plupart des 100 logements, répartis sur 14 étages, cette réduction à l’essentiel fera ressortir la vue sur les arbres et le jardin entourant la basilique Saint-Patrick, pile en face. Insérée entre trois immeubles, la troisième phase du complexe Unity représente tout un défi, que relève de façon originale l’Atelier Big City. Sont notamment prévus un jardin au rez-de-chaussée, une petite piscine chauffée à l’année au troisième étage et une terrasse au septième étage. Les locataires devraient emménager en juin 2014. Source:http://plus.lapresse.ca/screens/4a94-6ca0-51b63f49-acac-7c8dac1c606a%7C_0.html


PORTAIL Constructo – La copropriété Penny Lane : un bijou d’architecture

L’ancien Hôtel Ottawa sera converti en copropriété et s’appellera Penny Lane, question de rappeler son style architectural très british. Ceinturé par les rues Saint-Jacques et Notre-Dame à Montréal, à l’angle de la rue McGill, cet immeuble classé patrimonial depuis 2012 comprend deux parties, lesquelles ont été construites en 1845 et 1867. Le promoteur et constructeur Projets Europa investira 18 millions $ dans ce projet, qui s’est mis en branle tout récemment, et dont la terminaison est prévue en 2015. Éviter la détérioration du bâtiment Vacant depuis plusieurs décennies, le bâtiment avait sérieusement besoin d’être pris en main, afin d’endiguer sa détérioration. Projets Europa remet donc cet immeuble historique sur pied, dans lequel seront construites 59 unités de copropriété. Le bâtiment joindra d’autres complexes d’habitations collectives en devenir situées dans les environs, dont l’Altoria, et l’Univers, qui répondent aux nouveaux impératifs axés sur une densification de la population montréalaise. L’architecte Christian Thiffault (Atelier Christian Thiffault), qui se spécialise notamment en restauration historique d’immeubles patrimoniaux, avait réalisé une première étude du bâtiment pour l’ancien propriétaire. Devant l’ampleur de la tâche proposée, ce dernier a finalement vendu l’immeuble à Projets Europa, pour ensuite louer le commerce situé au rez-de-chaussée. Cette étude a été reçue favorablement par la Ville de Montréal et le ministère de la Culture et des Communications, car elle misait sur une restauration plutôt qu’une reconstruction. Christian Thiffault a donc réussi son pari, et complète actuellement les plans et devis du projet. Un projet de six étages L’immeuble héritera de deux nouveaux étages, rue Notre-Dame, qui ressusciteront les deux précédents qu’un incendie a détruits il y a des lustres. Un troisième niveau en retrait comportant une abondante fenestration s’y greffera. « Le Ministère n’y voyait pas d’objection, à la condition qu’il n’excède pas six mètres de hauteur, soit l’équivalent des deux nouveaux étages projetés », indique Christian Thiffault. Du côté de la rue Saint-Jacques, la toiture en pente permettra aussi d’y aménager deux niveaux additionnels, moyennant une modification de sa forme. Le Penny Lane s’élèvera sur six étages. Assisté du designer Carlo Martin, de la firme d’ingénierie Desjardins Expert Conseil (mécanique et électrique), et de l’ingénieur en structure et chargé de projet Khaled Slim Concept acier, Christian Thiffault compte aussi mettre en valeur une ancienne cour intérieure. Cette cour fait le pont entre les deux parties du bâtiment. On y aménagera une passerelle vitrée qui les reliera l’une et l’autre. Défis à relever Des unités graviteront également tout autour de la cour. Elles profiteront d’une luminosité qu’amènera la suppression de son toit. Par ailleurs, les aménagements intérieurs du bâtiment présentent quelques anomalies à résoudre, dont les deux cages d’escaliers de secours qui devront être refaites, car elles ne sont pas conformes aux normes de sécurité incendie. D’autres défis ont nécessité une attention particulière de la part des concepteurs, par exemple en ce qui a trait aux fenêtres. Une dizaine de modèles ont été étudiés, pour finalement retenir une fenestration en bois de type battante à carreaux, soit celle qui se trouvait sur les façades à l’origine. Il faudra également rejointoyer et réparer les pierres en façade, et remplacer ou restaurer les corniches en cuivre étamé qui ont soit disparu, soit été endommagées en raison de l’incendie. Au final, l’ensemble de l’œuvre représentera un petit bijou d’architecture. Cet article est paru dans l’édition du vendredi 7 juin 2013 du journal Constructo. Pour un accès privilégié à l’ensemble des contenus et avant-projets publiés par Constructo, abonnez-vous !


LaMetropole.com – Projet immobilier Penny Lane par Projet Europa

Le promoteur Projets Europa a rendu public les détails de son nouveau projet immobilier Penny Lane par EUROPA, qui prévoit l’aménagement de 59 unités d’habitation dans l’ancien Hôtel Ottawa.  Situé à l’angle des rues Saint-Jacques et McGill, le projet est parfaitement adapté à un mode de vie actif, dynamique, coloré et stylé. « À travers Penny Lane par EUROPA, nous souhaitons créer un véritable oasis urbain.  Notre projet offrira aux occupants, à une seule et même adresse, une variété de services et d’expériences : des unités d’habitation contemporaines dans un édifice ayant marqué l’histoire de Montréal, une cour intérieure avec fontaine, une boutique alimentaire complète et personnalisée, en plus d’un nouveau restaurant convivial de style bistro, dirigé par une équipe créative et d’expérience. Tout ceci sera offert en plein cœur du Vieux-Montréal, à quelques pas du centre-ville. Les gens qui choisiront le Penny Lane par EUROPA vivront une expérience résolument urbaine », a déclaré Jean-Pierre Houle, président des Projets Europa. Composé de deux bâtiments distincts, le projet donnera sur les rues Saint-Jacques et Notre-Dame.  Penny Lane par EUROPA comptera 59 unités d’habitation répartis sur 6 étages, disponibles à compter de 250 000$.  La superficie des unités variera entre 500 et 1400 pieds carrés et les unités compteront entre 1 et 3 chambres.  Aux niveaux 5 et 6, tous les appartements auront une terrasse privée de plain-pied au séjour, toutes avec vue sur le Vieux-Montréal.  Une offre de stationnement sera également disponible à proximité, par le biais de baux avec les voisins immédiats. UNE FONTAINE ET DES MILLIERS DE PORTE-BONHEURS Le nom du projet, Penny Lane, se veut d’abord un rappel du style architectural du bâtiment original, très british, d’inspiration Glasgow et Liverpool, qui sera rétabli avec la mise en valeur de tous les murs de briques, des pierres et des fenêtres originales. Pour appuyer encore davantage le thème, des insertions de plaques de milliers de sous noirs cuivrés  traverseront le rez-de-chaussée.  Penny Lane fait également référence à la fontaine porte-bonheur du même nom, qui sera située de la cour intérieure.  Véritable oasis urbain, cette cour sera totalement isolée des bruits de la ville, tout en étant à quelques pas de l’action de la métropole.  À partir de leur fenêtre, les résidents dont l’unité donnera sur la cour pourront jeter un sou à la fontaine, en espérant voir leur vœu se réaliser… Le projet résidentiel Penny Lane par EUROPA est l’œuvre de l’architecte Christian Thiffault et du designer Carlo Martin.  Reprenant les sources architecturales originales, l’esthétisme joindra modernisme, minimalisme, sobriété et concision.  Chaque élément de design sera réfléchi en son sens pratique et spatial tout autant qu’esthétique et ambiant.  Les teintes de noir, cuivre, blanc, gris des pierres, rouge brûlé des briques, pruche des poutres, érable clair des planchers intérieurs se voudront d’un effet discret tout en étant d’un style affirmé et bien présent. UNE BOUTIQUE POUR FACILITER LA VIE DES RÉSIDENTS : LE MARCHÉ PENNY LANE Les résidents du Penny Lane par EUROPA n’auront qu’à descendre au rez-de-chaussée pour faire leurs courses.  Une boutique alimentaire s’y trouvera et offrira tous les produits de base, ainsi que les produits les plus fins et recherchés. Le Marché Penny Lane inclura : boulangerie, charcuterie, fromagerie, fruiterie, épicerie générale, plats cuisinées, soupes, pâtes et sauces, viandes et poissons sous vide, pâtisseries, desserts et gelateria, café et thés, bières et vins.  La clientèle pourra également se détendre en prenant une bouchée sur place. UNE NOUVELLE ADRESSE CULINAIRE : LE MONARQUE Toujours au rez-de-chaussée, du côté de la rue Notre-Dame, un tout nouveau restaurant ouvrira ses portes : le Monarque.  Inspiré du célèbre papillon migrateur, le nom est également un clin d’œil au parcours du futur chef et copropriétaire du Monarque, Jérémie Bastien.  Travaillant actuellement avec l’équipe du Leméac, l’une des tables les plus populaires et appréciées à Outremont, au cours des dernières années, M. Bastien a sillonné le globe.  Son périple l’a mené à travailler dans certains des restaurants les plus prestigieux de la planète, à San Francisco, Vancouver, Melbourne, en passant par l’Asie. Le Monarque offrira une cuisine du marché, d’inspiration française, avec influences japonaise et italienne. Restaurant de type bistro, l’ambiance sera conviviale et accessible.  Du mardi au vendredi, le restaurant offrira une table d’hôte à l’heure du lunch, adaptée à la clientèle d’affaires locale.  Du mardi au samedi en soirée, le Monarque offrira un menu signature 4 services. Jérémie Bastien fera équipe avec son père, Richard Bastien.  Restaurateur respecté ayant plus de 30 ans de métier, Richard Bastien est propriétaire de trois adresses bien connues à Montréal : Leméac, Le Mitoyen et Le Café des beaux-arts.  L’ouverture du Monarque est prévue en 2015. Au total, Projets Europa investira près de 18M$ pour réaliser le Penny Lane par EUROPA.  Des efforts soutenus seront consacrés à la conservation et mise en valeur patrimoniale de l’édifice.  Le projet de conversion permettra de restaurer et maintenir en place l’ensemble des éléments architecturaux originaux de l’immeuble, dans la mesure où leur état le permet.  Les travaux débuteront en 2014 et la livraison est prévue pour 2015. À PROPOS DE PROJETS EUROPA Œuvrant dans le domaine immobilier depuis 1986, les Projets Europa est une entreprise familiale qui se caractérise par son approche audacieuse de conception architecturale et de design, par la sélection d’une équipe d’architectes, d’historiens et d’experts en restauration de premier plan et, surtout, par le choix stratégique des sites retenus ayant une personnalité et une histoire propre. Depuis sa création, l’entreprise a effectué de nombreuses rénovations majeures, transformations et conversions d’immeubles résidentiels, industriels et commerciaux en appartements.  Ces projets se retrouvent au Vieux-Montréal, au Plateau Mont-Royal, au Centre-sud et à Outremont. Source: www.lametropole.com/article/immobillier/actualite/projet-immobilier-penny-lane-par-europa


condolegal.com – Faire un voeu au Penny Lane

7 juin - Le Penny Lane commencera à prendre forme sous peu dans le Vieux-Montréal, sur les rues Notre-Dame et Saint-Jacques. Véritable bijou patrimonial dont la construction remonte à 1845 et 1867, l'immeuble de six étages abritera désormais 59 unités de copropriété. L'appellation Penny Lane se veut un rappel au style architectural du bâtiment, "très british et d'inspiration Glasgow et Liverpool", disent ses concepteurs. Cette restauration majeure de 18 millions $ sera réalisée par l'architecte Christian Thiffault, un habitué des remises à niveau historiques de ce genre. Pour renforcer davantage la thématique choisie, l'immeuble comportera des insertions de plaques qui comprendront des milliers de sous noirs cuivrés, lesquels traverseront le rez-de-chaussée. Penny Lane fera également référence à une cour intérieure qui sera mise en valeur. Totalement isolée des bruits de la Ville, cette cour accueillera une fontaine porte-bonheur qui portera le même nom. Les résidents dont l'appartement donnera dans cette cour pourront lancer des sous noirs dans la fontaine, est ainsi espérer que leurs voeux se réalisent. Par ailleurs, le rez-de-chaussée du Penny Lane abritera un restaurant de type bistro, Le Monarque, qui saura plaire par sa cuisine du marché. Ce niveau comprendra aussi une boutique alimentaire qui offrira des denrées de base. On pourra entre autres y acheter du pain, des fromages, des fruits et des plats cuisinés, sans compter divers produits habituellement disponibles dans une épicerie. La superficie des unités variera entre 500 et 1400 pieds carrés. Chacune d'elles logera entre une et trois chambres à coucher. Les appartements situés aux cinquième et sixième étages comporteront une terrasse privée. Précisons qu'une offre de stationnement sera également disponible, via la signature de baux avec des voisins immédiats. www.condolegal.com/index.php/fr/achat/actualites/1497-faire-un-voeu-au-penny-lane


Centre Sud – Le «nouveau» marché Saint-Jacques

Par Josianne Massé Il y a un regain d’intérêt pour le marché Saint-Jacques depuis la fin de l’année 2012. Le groupe ROSDEV s’est retiré et c’est maintenant Europa qui s’occupe du marché. Les résidents auront-ils à nouveau accès à un marché intéressant et accessible? Tout porte à croire que oui. Enfin! Après la privatisation de l’édifice du marché en 2007, les prix des loyers et des denrées ont drastiquement augmentés et le marché du petit Saint-Jacques de la rue Amherst a été tassé. Après un intérêt s’expliquant par la nouveauté, les citoyens ont rapidement laissé tomber l’endroit qui avait tout perdu de sa vocation première. Un vent de changement est donc chaleureusement accueilli. Voici les nouveautés du marché Saint-Jacques: Chez Fraîcheurs du Marché, on retrouve quelques essentiels des épiceries fines dont des fruits et des légumes à un prix compétitif lorsque comparé aux marchés d’alimentation. Lors d’une visite, nous avons appris que le marché sera à l’extérieur dès le mois de mai et que le propriétaire a l’intention d’en faire un marché ouvert 24 heures! À suivre. La Fromagerie Atwater du marché Saint-Jacques offre quelque 300 variétés de fromages. La gérante Danielle Anataya est une aide précieuse pour découvrir de nouveaux fromages. Elle connait ses produits et saura guider vos choix. Auberge du chocolat est un kiosque aménagé le samedi au centre du marché où l’on vend du chocolat sous différentes formes dont une délicieuse tartinade choco-noisettes qui est une bonne alternative au Nutella. Plusieurs desserts sont offerts en différents formats chez Crémy Patisserie. Coup de coeur pour le clafoutie au thé raffiné (canneberge, cake au citron, huile d’olive, mousse yogourt et thé raffiné du labrador). Viandes S.G. et saucisses allemandes sont un boucher et un saucissier côte à côté au marché. Vous y trouverez du boeuf, mais aussi du bison, du cerf, du canard, etc. Crêpanita vend des crêpes repas, des crêpes desserts et des coupes glacées. Chez Rouge Tomate, on y trouve principalement des pâtes fraîches et des sauces. Malheureusement, il y avait peu de variétés lors de notre passage. Et finalement, Brûlerie Aux quatre vents pour le café. Une boulangerie s’ajoutera prochainement. Une trentaine de condos et d’habitations de type maison de ville seront aussi aménagés en haut du marché. L’office de consultation publique de Montréal (OCPM) examine actuellement le projet de transformation de l’édifice qui prévoit une augmentation de la hauteur de quelques mètres et devra remettre son rapport d’ici la fin mai, avant que le projet soit discuté au conseil d’arrondissement. Le marché Saint-Jacques 2035 rue Amherst, coin Ontario Source: http://centresud-montreal.com/2013/04/le-%C2%ABnouveau%C2%BB-marche-saint-jacques/


CASA – Condos: Habiter le marché Saint-Jacques

Par Jean-François Major Le promoteur Projets Europa a annoncé l’aménagement du projet Art de vivre au Marché Saint-Jacques à même l’immeuble historique du marché public nouvellement rouvert. Situé à l’angle des rues Amherst et Ontario, dans le quartier Centre-Sud à Montréal, le projet Art de vivre représente un investissement de 10 millions de dollars. Les travaux débuteront en octobre prochain et seront complétés en mai 2014. Construit en 1931, l’immeuble du Marché Saint-Jacques est agrémenté de nombreux ornements de béton coulé de style Art Déco, représentant des aliments, des pieuvres, des poissons, du blé, des ananas, etc. Le marché public demeurera au rez-de-chaussée, et les nouveaux condominiums et maisons de ville au design contemporain occuperont les étages supérieurs. Certifié LEED, l’édifice comprendra également 20 places de stationnement intérieur. Bien que l’immeuble présente assurément un fort attrait historique, les concepteurs du projet misent surtout sur l’accès privilégié aux commodités et le style de vie rendu possible par son emplacement. « Nous voulons faire du projet Art de Vivre au Marché Saint-Jacques bien plus qu’un simple projet immobilier, nous souhaitons créer un milieu de vie dynamique où cohabiteront les occupants des unités résidentielles, les marchands et boutiquiers du marché, les maraîchers et fleuristes-jardiniers du parvis », explique Jean-Pierre Houle, président des Projets Europa. « Nous sommes certains que le projet générera beaucoup d’intérêt de la part des futurs acheteurs à la recherche non seulement d’une maison, mais d’un mode de vie foncièrement urbain, qui allie alimentation saine, confort et meilleure gestion du temps. » La proximité des boulangerie, pâtisserie, épicerie, fromagerie, fruiterie, boucherie et autres marchands à même l’immeuble offriront aux résidants le luxe de faire leurs emplettes au jour le jour et de regagner leur chez-soi en un rien de temps. Source : http://www.casatv.ca/immobilier/condos-habiter-le-marche-saint-jacques  


Journal Métro – Le marché Saint-Jacques pourrait renaître de ses cendres

Par Daphnée Hacker-B. Métro Le nouveau propriétaire du marché Saint-Jacques, privatisé en 2007, mise sur le retour des commerces au rez-de-chaussée pour attirer des acheteurs vers son projet immobilier. Situé dans l’enceinte même du marché, à l’angle des rues Amherst et Ontario, le projet du groupe Europa prévoit la création d’une trentaine de condos et de maisons de ville. Le promoteur promet de redonner le «lustre d’antan» au bâtiment inauguré en tant que marché public en 1931, à la même époque que les marchés Atwater et Jean-Talon. Dès qu’il a acheté l’édifice, Jean-Pierre Houle a attiré les marchands alimentaires un à un dans ses locaux. «Je voulais que la vie reprenne rapidement, donc je leur ai offert un loyer modique en prévision de la période de démarrage, qui peut durer entre deux et cinq ans», a-t-il affirmé mardi. Avec l’aide de la Corporation de gestion des marchés publics de Montréal (CGMPM), il a réussi à recruter un ensemble de commerces, dont une boucherie, une épicerie fine, une boulangerie et une chocolaterie. Il ne manquerait qu’une SAQ pour compléter le tour du marché, mais pour l’instant, impossible de convaincre la société d’État, a indiqué le coordonnateur de projet pour CGMPM, Pierre-Marc Parent. Pour attirer les passants, M. Parent explique que le marché accueillera sur son parvis, à tous les vendredis de l’été, une dizaine de maraîchers et des activités culturelles. Tout au long de la semaine, une sandwicherie et une gelateria seront sur place, ainsi qu’un kiosque de fruits et légumes qui sera ouvert jour et nuit. pour la suite: http://journalmetro.com/actualites/montreal/297516/un-promoteur-veut-relancer-le-marche-saint-jacques/


Radio NRJ – Le marché St-Jacques revit

Affiché par: Benoit Simard benoit.simard@astral.com · 2013-04-23 15:16:00 Le marché St-Jacques revit après avoir pratiquement inutilisé pendant près de 40 ans.Situé au coin des rues Ontario et Amherst, l'édifice avait notamment servi de bureaux pour la ville au cours des dernières années et retrouve maintenant sa fonction de marché public. Un projet résidentiel occupera les étages supérieurs. Le promoteur Jean-Pierre Houle a précisé que des investissements de 10 millions de dollars ont été nécessaires. Écouter l'entrevue avec le président des Projets Europa, Jean-Pierre Houle. https://soundcloud.com/info-astral/jean-pierre-houle-explique


Journal de Montréal – Marché Saint-Jacques: L’édifice revivra dans un complexe de condos de luxe

Par Emmanuel Delacour | Agence QMI Le marché Saint-Jacques revivra au sein d’un complexe de condominiums de luxe qui verra le jour en mai 2014. À la suite de discussions organisées par l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM), le promoteur Les Projets Europa a annoncé mardi le lancement des travaux de construction en octobre. L’édifice de l’actuel marché Saint-Jacques, construit en 1931, sera donc modifié pour, entre autres, recevoir un quatrième étage. Au total, 32 unités d’habitation seront ajoutées au bâtiment, qui conservera au rez-de-chaussée un espace pour les commerçants. Une micro-brasserie devrait aussi voir le jour dans l’édifice. Le promoteur Les Projets Europa devait obtenir une modification au Plan d’urbanisme du secteur pour procéder aux travaux, ce qu’il a réussi à faire, comme l’atteste une affiche plantée par la Ville de Montréal devant le marché Saint-Jacques. Le président des Projets Europa a souligné qu’il voulait faire du nouveau marché « plus qu’un simple projet immobilier », et créer un milieu de vie unique. À l’image de ce concept, le complexe est nommé Art de vivre au marché Saint-Jacques. Lire la suite: http://www.journaldemontreal.com/2013/04/23/ledifice-revivra-dans-un-complexe-de-condos-de-luxe


The Gazette – Montreal Diary: St. Jacques Market has a colorful history, and there’s more to come

BY Robert N. Wilkins MONTREAL - The first time I visited the old St. James Market at Amherst and Ontario Sts. was on Dec. 23, 1971. I went to the historic edifice because on its second floor was housed the Department of Health of the city of Montreal. I needed to have my “International Certificates of Vaccination” booklet stamped, as I was about to undertake my first voyage overseas. I remember thinking at the time that it was a lovely marketplace, it being just before Christmas and all. The initial St. James Market was constructed at that very same intersection in 1872, after the city purchased the land on June 30 of the previous year. Generally speaking, at the time, the butcher stalls were found inside the building while fruit and vegetables were sold outside during clement seasons. src: http://www.montrealgazette.com/news/montreal/Montreal+Diary+Jacques+Market+colourful+history+there/8203797/story.html


The Gazette – Lancashire ‘an elegant building on an elegant street’

BY JOHN GRIFFIN Turn of the last century office building in Old Montreal being reborn as a condo development Not so very, very long ago, Old Montreal was a residential wasteland. The first European settlers, missionaries, traders, trappers and adventurers settled by the water, building their forts, churches, homes and businesses there in buildings that can still be seen today. But as wave upon wave of pioneer waded ashore, they pushed along the flanks of the mountain and out, overwhelming the native population and dispersing it. Over centuries, life that had centred on the river and around the harbour moved uptown. By the time The Gazette moved into the Old Montreal Star building on St. Jacques in 1980, Old Montreal was an enclave of newspaper publishing, shipping, the stock market, tacky tourist traps, parking lots and street upon street of empty or repurposed historic buildings. It was only through the heroic efforts of architectural historians like Phyllis Lambert and then Gazette classical music critic Eric McLean that Jean Drapeau’s wrecking ball did not swing through one of the oldest communities in North America. One such survivor of the boom and bust economies was the seven-storey Lancashire Building, at 244 St. Jacques W. Designed by famed Montreal architect Edward Maxwell and his younger brother William Sutherland in 1898 for the British firm London and Lancashire Life Assurance Company in what was then the heart of the Montreal financial district, it had a checkered life, like many of the grand old commercial buildings in the grand old city. By the time it was acquired by Montreal developers Les Project Europa in 2011, the Lancashire had pretty much run out of gas, while Old Montreal had become revitalized as a place to both work and live. And so, it is being reborn as a condo development. Project Europa’s Jean-Pierre Houle loves the Lancashire and is overseeing its transformation into 17 residential units on six floors and a ground-floor commercial space, ready for occupancy in September this year, all things being equal. During a recent conversation, he said 60 per cent of the condos were already pre-sold, “with little marketing. The building speaks for itself. Read more: http://www.montrealgazette.com/Lancashire+elegant+building+elegant+street/8163944/story.html#ixzz2PLKEYtmO


The Gazette – Marché Saint-Jacques getting a condo facelift par Alison Lampert

By ALLISON LAMPERT, THE GAZETTE MONTREAL — In the early 1930s, the Marché Saint-Jacques was revived as a red brick building in the Art Deco style, generating construction jobs and spinoffs for working-class Montreal residents during the depression. Now five years after the Marché’s controversial sale to a private developer, the planned reinvention of Montreal’s oldest public market is once again being hailed as a force for economic revival — only this time, what’s under construction are new condos. On Tuesday, the developer that owns the Marché Saint-Jacques at the corner of Amherst and Ontario Sts. publicized its $10 million plan to build 14 townhouses and 18 condos on the upper floors of the commercial building, which is to continue operating a ground-floor market. Developer Europa would need to add a fourth floor to accommodate the 32 housing units, which range from $229,000 to $599,000. The developer has asked for approval from the city of Montreal and the Ville Marie borough to increase the height of the building. A spokesperson for Europa president Jean-Pierre Houle declined to comment on the project before Tuesday. Development groups say the new condos are essential to keeping the market’s ground-floor commercial rents affordable for merchants — and by extension, food prices for customers. “The model is really interesting,” said Vanessa Sorin of the Corporation de développement économique communautaire (CDEC) Centre-Sud-Plateau, a publicly-funded group that supports community-based economic development and job creation. “The Marché Saint-Jacques as a destination would offer affordable produce for locals, while attracting shoppers from elsewhere.” The Marché project comes at a time when Montreal’s traditional working class neighbourhoods like Griffintown, Saint-Henri and Hochelaga-Maisonneuve are being rapidly transformed with the influx of young professionals, following several years of record, or near-record condo building in greater Montreal. In some areas, brew pubs and gourmet bakeries are opening on streets once openly carved up as turfs by drug-dealers. But like other condo projects, the Marché development has sparked concerns that the growing number of high-end homes will inflate real estate prices, pushing out existing residents in a neighbourhood where the average household earns just over $39,000 a year. While Montreal has not experienced the same extreme cases of gentrification as in large cities like New York, London or Paris, lawmakers still have a general responsibility to protect residents from being displaced, said Pierre Gauthier, an urban planning professor at Concordia University. Read more: http://www.montrealgazette.com/business/March%c3%a9+Saint+Jacques+getting+condo+facelift/8279112/story.html#ixzz2RJqFLxzn


TVA – Un étage de plus pour le marché Saint-Jacques

Par Lydia Labbé-Roy | Agence QMI L'Office de consultation publique de Montréal a tenu, mercredi soir, une séance d'information sur le projet de transformation du marché Saint-Jacques, situé dans le quartier Centre-Sud de l'arrondissement de Ville-Marie. Le propriétaire de l'immeuble, la société Europa, souhaite ajouter un étage supplémentaire au bâtiment pour y construire des logements. Par le fait même, la société désire réaménager l'espace afin que de nouveaux commerces, dont une micro-brasserie, soient implantés au rez-de-chaussée. Le bâtiment garderait tout de même sa vocation de marché. Le deuxième étage serait réservé à des bureaux. Le troisième étage, ainsi que le quatrième qui est à construire, seraient aménagés en espaces habitables pouvant accueillir une quinzaine de logements. lire la suite ici.


All rights reserved ©2015